92% en France, quels symptômes ?

NOUVELLE VARIANTE. Cette sous-variante d’Omicron est majoritaire en France. Il représente 92% des tests covid positifs. Les anticorps monoclonaux Ronapreve et Evusheld pourraient être utilisés dans les traitements préventifs contre BA.2 Quels sont ses symptômes ? À quel point est-ce dangereux ? Est-il possible d’être réinfecté ?

[Mis à jour le 11 avril 2022 à 15h40] BA.2 est un sous-variante d’Omicronlui-même une variante de SRAS-CoV-2. BA.2 et responsable de la récente reprise de l’épidémie. Le les symptômes d’infection BA.2 sont les mêmes que celles causées par Omicron : fatigue, toux, fièvre… La sous-lignée BA.2 est majoritaire en Francereprésentant 92% de tests covid positifs analysés par Santé Publique France selon point épidémiologique du 7 avril. Il est plus contagieux que la sous-variante BA1 Omicron apparue pour la première fois en France. Mais il ne présente pas plus de danger. chercheurs français deInstitut Pasteur ai étudié l’efficacité des anticorps monoclonaux Ronapreve® (combinaison de deux anticorps développés par Roche/Regeneron) et Evusheld® (combinaison de deux anticorps développés par AstraZeneca) contre le variant Omicron (BA.1 et BA.2) du coronavirus. Finalement, BA.1, et dans une moindre mesure BA.2, est moins sensible à Evusheld® et Ronapréve® quel Delta. Les anticorps et les sérums correspondants ont peu ou pas d’activité contre BA.1, mais sont plus actifs contre BA.2. Par rapport à Delta, l’activité neutralisante est plus sévèrement diminuée contre BA.1 : il faut 344 fois plus d’anticorps pour neutraliser BA.1, et 9 fois plus pour neutraliser BA.2explique Timothée Bruel, premier auteur de l’étude publiée le 23 mars. Quelle est cette nouvelle mutation ? du Covid-19 ? Est-elle plus contagieux, plus dangereux, quel Omicron ? la vaccin efficace contre cette nouvelle variante ? Que sont les symptômes de BA.2 ? Mise à jour.

Définition : qu’est-ce que la nouvelle variante BA.2 ?

Le BA.2 est un sous-variante d’Omicron. C’est un “petit cousin” de la variante Omicron», a expliqué Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique Covid, au micro de Infos France en janvier. Nommée BA.2, c’est une sous-lignée d’Omicron comme BA.1 (qui circulait jusqu’à présent) ou BA.3. “Le la séquence génétique du sous-variant BA.2 diffère de celle de BA.1 et montre notamment des différences d’acides aminés dans la protéine Spike et d’autres protéines” indiqué leOMS en février 2022.Les données les plus récentes semblent confirmer que BA.1 et BA.2 présentent une sévérité et une évasion de la réponse immunitaire similaires, et donc BA.2 n’est pas considéré comme une variante distincte mais est inclus dans le VOC d’Omicron. précise Santé publique France. Cependant BA.2 “est le variante la plus contagieuse de virus SARS-CoV-2 que nous avons vu jusqu’à présent», a alerté Maria Van Kerkhove de l’OMS, le 19 mars lors d’une conférence de presse.

Quel est le tarif de la variante BA.2 en France ?

La variante BA.2 Omicron est désormais plus présente que la variante BA.1 qui circule principalement depuis fin 2021 en France. Au 7 avril, selon Santé publique France, BA.2 représente 92% Séquences Omicron analysées au cours de la semaine du 21 au 27 mars. »La progression de BA.2 au détriment de BA.1 s’observe sur l’ensemble du territoire métropolitain, mais à des niveaux différents selon les régions. Dans les DROM, le BA.2 semble également augmenter mais les données doivent être consolidées», ajoute l’organisation.

Quels sont les symptômes de la variante BA.2 ?

Pour le moment, il n’y a pas de symptômes spécifiques répertoriés sur les cas des sous-variantes BA.2. Par contre pour la variante Omicron”les enquêtes épidémiologiques indiquent une présentation clinique spécifique avec plus de symptômes des voies respiratoires supérieures et moins de perte de goût et d’odorat, ainsi qu’une moindre gravité (risque d’hospitalisation et d’admission en réanimation jusqu’à 80% inférieur)” signalé Santé publique France 26 janvier. Les symptômes de la variante BA.2 (comme Omicron en général) peuvent être :

  • Fatigue ;
  • La toux ;
  • Fièvre ;
  • Mal de crâne
  • douleurs musculaires ou courbatures;
  • Mal de gorge ;
  • Nez qui coule ;
  • Nausée et vomissements
  • Respiration désagréable (plus rarement)
  • Perte de goût et d’odorat (plus rarement)

La variante BA.2 est-elle plus contagieuse qu’Omicron ?

BA.2 est plus transmissible que BA.1 (Taux d’attaque secondaire de 39% pour BA.2 contre 29% pour BA.1). Une étude estime également que l’intervalle de génération (temps entre deux cas) de BA.2 est inférieur de 15 % à celui de BA.1. Ces différences de transmissibilité expliquent le rplacement progressif de BA.1 par BA.2 observé à l’échelle mondiale» souligne Santé publique France le 25 mars. BA.2 “est le variante la plus contagieuse du virus SARS-CoV-2 que nous avons vu jusqu’à présent», a déclaré Maria Van Kerkhove, épidémiologiste à l’OMS, le 19 mars.

Proportion de cas BA.2 parmi le nombre total de séquences déposées sur GISAID, par pays au 21 février 2022
Proportion de cas BA.2 parmi le nombre total de séquences déposées sur GISAID, par pays au 21 février 2022 © Santé publique France

Quels sont les risques de réinfection par BA2 ?

La fréquence des éventuelles réinfections par le SARS-CoV-2 a nettement augmenté depuis l’introduction et la distribution en France du variant Omicron, début décembre 2021, note Santé publique France.

« La reprise à la hausse de la circulation du SARS-CoV-2 observée depuis plusieurs semaines en France et laémergence de la sous-lignée Omicron BA.2, majorité depuis la semaine 09-2022 sont deux facteurs qui peuvent jouer un rôle dans la tendance actuelle à l’augmentation du nombre de réinfections” confirme l’agence. Plusieurs études récentes ont mis en évidence la possibilité de survenue d’une réinfection par BA.2 suite à une infection par BA.1, y compris dans un délai très court (moins de 60 jours). “Néanmoins, ils s’accordent sur le fait qu’il s’agit probablement d’événements rares.”

La variante BA.2 est-elle plus dangereuse qu’Omicron ?

La sous-variante BA2 d’Omicron ne “provoque pas une forme plus sévère” de Covid que BA1, selon Maria Van Kerkhove, épidémiologiste responsable de l’unité des maladies émergentes à l’OMS, le 19 mars. Cependant, avec un grand nombre de cas, vous verrez une augmentation des hospitalisations et cela se transformera en une augmentation des décès.…”. Elle a précisé qu’il n’y a pas ne pas “différence en termes de sévérité entre BA1 et BA2“.

En France, la stratégie de dépistage peut détecter tous les Omicron sans distinction, qu’ils soient BA.1 ou BA.2 et donc de connaître de manière réactive le niveau de circulation de la variante” c’est noté Santé publique France. Dans un second temps, un séquencement permet de faire la différence entre les sous-variantes, BA.1 et BA.2 Le criblage permet de suivre de manière réactive l’Omicron dans son ensemble et le séquençage permet une analyse plus fine des différentes sous-lignées [BA.1 ou BA.2]“.

Les vaccins sont-ils efficaces contre le variant BA.2 ?

“L’efficacité du vaccin contre la maladie symptomatique causée par BA.1 et BA.2 est similaire : après deux doses, l’efficacité est de 10 % pour BA.1 et de 18 % pour BA.2, après trois doses, l’efficacité contre la maladie symptomatique est 69% pour BA.1 et 74% pour BA.2 Efficacité chute à près de 50% deux mois et demi après la 3e dose pour BA.1 et BA.2“selon l’étude de l’agence de santé britannique publiée le 25 février.”Cela suggère que la vaccination est au moins aussi efficace pour prévenir l’acquisition de BA.2 et peut être plus efficace pour prévenir la transmission de BA.2 que BA.1“, a fait remarquer l’OMS.”Ll’efficacité du vaccin est maintenue contre Omicron après administration d’une dose de rappel, surtout contre les formes sévères» a confirmé Santé publique France le 26 janvier.

Quels traitements pour prévenir l’infection par le variant BA.2 ?

Plusieurs traitements par des anticorps monoclonaux sont disponibles pour prévenir l’infection par le Covid-19. Des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS, de l’Institut de recherche sur les vaccins (VRI), en collaboration avec le CHR d’Orléans, l’AP-HP, la KU Leuven (Université catholique de Louvain) et l’Université Paris Cité ont étudié laefficacité de deux combinaisons d’anticorps monoclonaux thérapies Ronapreve (combinaison de deux anticorps développés par Roche/Regeneron) Où Evusheld (combinaison de deux anticorps développés par AstraZeneca) contre la variante Omicron (BA.1 et BA.2) du coronavirus. “Nous montrons que les anticorps et les sérums correspondants sont peu ou pas actifs contre BA.1, mais sont plus actifs contre BA.2. Par rapport à Delta, l’activité neutralisante est plus sévèrement diminuée contre BA.1 : il faut 344 fois plus d’anticorps pour neutraliser BA.1, et 9 fois plus pour neutraliser BA.2“, explique Timothée Bruel, premier auteur duétude publié le 23 mars dans Nature Medicine et chercheur dans l’unité Virus et Immunité de l’Institut Pasteur (UMR CNRS). Quatre infections à Omicron ont été décrites parmi les 29 patients traités par anticorps (dont un cas sévère). “Cela indique que, dans ce cas, le traitement ne protège pas totalement contre l’infection ou les formes sévères» explique Thierry Prazuck, co-auteur principal de l’étude et chef du service des maladies infectieuses au CHR d’Orléans.

Sources :

– “Sérum neutralisation des sous-lignées SARS-CoV-2 Omicron BA.1 et BA.2 chez les patients recevant des anticorps monoclonaux”, Nature Medicine, 23 mars 2022

– “SARS-CoV-2 variants of concern and variants under investigation in England”, British Health Agency, 25 février 2022

– “Coronavirus : circulation des variants du SARS-CoV-2”, mise à jour le 25 février 2022, Santé Publique France

-“BA.2 est plus transmissible que BA.1 mais les personnes vaccinées sont moins susceptibles d’être infectées et de transmettre l’infection”, 31 janvier, Statens Serum Institut.

– COVID-19 : point épidémiologique du 27 janvier 2022, Santé Publique France

– “Analyse de risque sur les variants émergents du SARS-CoV-2”, 26 janvier 2022, Santé publique France.

-“Maintenant, une variante d’Omicron, BA.2, représente près de la moitié de tous les cas danois d’Omicron” 20 janvier 2022, Statens Serum Institut.

Leave a Reply

Your email address will not be published.