Cameroun : un ancien international algérien charge les Fennecs et défend Belmadi !

Zapping Notre Mondial TOP 10 : Les plus beaux maillots Ligue 1 2021/2022

Plus d’une semaine après, la défaite de l’Algérie face au Cameroun reste difficile à passer chez les supporters algériens. Si un recours a été déposé auprès de la FIFA pour rejouer le match, Nourredine Kourichi, l’ancien international, n’a pas manqué de tacler les joueurs après la déception des propos accordés à L’équipe.

Sur la défaite face au Cameroun

“Elle ne peut pas s’expliquer. A 10 secondes de la fin, nous étions au Qatar… Tout avait été fait. Ces 10 secondes sont de la faute des joueurs, pas de l’entraîneur. Après le but, la gestion émotionnelle est la faillite absolue. A 10 secondes de la fin, il y a 8 Algériens et 6 Camerounais dans la surface. Aucun joueur n’est dans la marque, on reste dans la zone alors qu’il fallait presser chaque adversaire. Bennacer doit monter plus vite sur le centralisateur. Ce qui s’est passé est inimaginable. .. Je n’ai pas dormi de la nuit.”

Sur l’arbitrage lors de ce barrage retour

“Je ne le vois pas comme ça. Les joueurs algériens étaient trop nerveux. Ça ne date pas d’aujourd’hui, j’ai remarqué que certains se disputaient constamment. À un moment donné, les arbitres africains n’aimaient pas ça. On a vu un Camerounais Il faut aussi de la sérénité et du calme. Ce n’était absolument pas le cas. La responsabilité incombe aux joueurs. Sur l’arbitre, à part peut-être un penalty, il serait réducteur d’en faire le bouc émissaire de cette défaite. Je vous rappelle que tout allait bien à 10 secondes de la fin. Si Toko Ekambi ne marque pas, serions-nous là à parler de « l’arbitre ? Pour rappel, le Cameroun a joué sans quatre titulaires, dont Vincent Aboubakar, son meilleur joueur. L’argument de l’arbitrage n’est pas recevable. Nous ne pouvons que nous en vouloir”.

Sur son agacement avec les joueurs

“Oui, on a fait n’importe quoi. Youcef Belaïli a passé son temps à chercher un penalty. Comment peut-on faire ça alors qu’on sait qu’il y a la VAR maintenant ? Epuisé, l’arbitre devra peut-être finalement oublier de siffler un penalty sur tout le match . A part Slimani, l’Algérie n’a pas de mental. Le mental ? C’est la concentration et la discipline !”

À propos de Belmadi

“Je ne veux pas entrer dans ses choix d’entraîneur. A 10 secondes de la fin, il avait raison et il aurait été félicité. Les joueurs sont responsables à 100%. A la fin du match, c’était honteux. Nos joueurs sont tombés par terre, ils criaient sur l’arbitre, etc. La responsabilité n’incombe pas à l’entraîneur. Je pense que Djamel Belmadi doit continuer. Il y a eu un drame avec cette élimination, c’est indéniable. Mais tout son travail ne doit pas être remis en cause. question. Je suis très déçu pour lui. Il s’est investi de façon remarquable. Il a fait le bonheur des Algériens avec cette CAN 2019. Je ne le connais pas assez, c’est à lui de savoir s’il a les ressorts psychologiques pour continuer. “C’est aussi à lui de jauger si l’Algérie a un réservoir d’avenir intéressant. Pour moi, il faut qu’il reste, je suis convaincu qu’il va s’en remettre. Je mets encore une fois l’accent sur les joueurs. Ils sont responsables à 100% de cela.” C’est impossible de prendre un but à 10 secondes de la fin en oubliant le marquage g sur Toko Ekambi…”

À propos de Mahrez

“Tout le monde connaît la qualité de ce joueur. Il ne faut pas être ingrat, on sait ce qu’il a fait en 2019. Mais là, il n’y était pas du tout. C’est un paradoxe car avec Manchester City, il est parfois irrésistible. En sélection, avec le capitanat, on espère toujours voir les grands joueurs trancher sur ce genre de match. Ça n’a pas été le cas”.

À propos de la formation

“L’Algérie a des problèmes structurels qui expliquent le manque de performance à haut niveau. Dans les clubs, c’est un désert absolu, il n’y a presque pas d’entraînement, et ne parlons même pas du plus important : la pré-entraînement, je répète le même chose depuis 30 ans… Heureusement, on peut compter sur des binationaux pour être compétitifs. Sans joueurs formés en France, les résultats du pays seraient bien en deçà. Je suis bien placé pour en parler. , je suis le premier franco-algérien à avoir intégré la sélection au début des années 80. Sauf qu’à cette époque, on était en feu à la Coupe du monde avec seulement trois joueurs nés en France (Kourichi, Fergani et Mansouri)”.

Sur les solutions possibles pour se remettre d’un échec

“L’avenir de l’Algérie est en Algérie, pas en France. La jeunesse de ce pays est son vrai pétrole… Je vais vous raconter une anecdote. En 2013, on demandait au président de la fédération Mohamed Raouraoua, pourquoi n’y avait-il pas de formation centre en Algérie ? Il a répondu : « il n’y a pas besoin, la France forme nos joueurs. Je pense qu’il était surtout conscient de l’insuffisance de notre pays à ce niveau. Et que face au chantier gigantesque, celui des mentalités des présidents de clubs, il était tout simplement pragmatique”.

résumer

Nourredine Kourichi, ancien international algérien n’a pas manqué de charger les joueurs après le match contre le Cameroun. Il a aussi dressé un bilan terrible de l’entraînement tout en épaulant l’entraîneur, Djamel Belmadi.

Nathan Bricout

Leave a Reply

Your email address will not be published.