Guerre en Ukraine : les bombardements se poursuivent, Kiev se prépare à une offensive à l’Est… le point sur le 47e jour de combat

Les Ukrainiens se préparent à livrer une “grande bataille” pour le contrôle de la région du Donbass, devenue une cible prioritaire pour Moscou, tandis que la pression internationale se poursuit contre le Kremlin. Les Vingt-Sept de l’Union européenne s’apprêtent à discuter de nouvelles sanctions, tandis que la chancelière autrichienne doit rencontrer Vladimir Poutine lundi. Mise à jour sur les derniers événements de la journée.

Les bombardements continuent

Alors que plus de 1 200 corps ont été découverts dans la région de Kiev, les bombardements se poursuivent dans le pays. Dimanche, les grèves ont fait au moins deux morts à Kharkiv, la deuxième plus grande ville du pays, et sa banlieue, a annoncé le gouverneur régional Oleg Singoubov. “L’armée russe continue de faire la guerre aux civils, faute de victoires sur le front”, a-t-il accusé.

A Dnipro, grande ville industrielle d’un million d’habitants, une pluie de missiles a détruit l’aéroport local, déjà touché le 15 mars, ont annoncé les autorités locales. Le nombre de victimes est encore inconnu.

L'aéroport de Dnipro à l'est était
L’aéroport de Dnipro à l’est a été “complètement détruit” par les frappes russes. RONALDO SCHEMIDT / AFP AFP ou concédants de licence

Lundi en début d’après-midi, l’armée ukrainienne a déclaré qu’elle s’attendait à une offensive russe à l’est « très prochainement ».

Les Ukrainiens craignent une “bataille finale” à Marioupol

A Marioupol, « aujourd’hui sera probablement la dernière bataille car nos munitions s’épuisent. (…) Ce sera la mort pour certains d’entre nous et la captivité pour d’autres », a écrit sur Facebook la 36e brigade de la marine nationale, qui fait partie des forces armées ukrainiennes.

“Je suis le premier à trouver la force de dire” que les forces ukrainiennes ne peuvent pas libérer Marioupol, “c’est désormais impossible militairement”, a déclaré dimanche Oleksiï Arestovitch, un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky. Ce dernier craint que “des dizaines de milliers de personnes” y aient péri.

La chancelière autrichienne rencontre Poutine

Le chancelier autrichien Karl Nehammer doit devenir ce lundi le premier dirigeant européen à rencontrer le président Vladimir Poutine à Moscou depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine, a annoncé dimanche la Chancellerie.

Une “mission risquée” alors que Kiev se prépare à une offensive russe massive à l’est. Karl Nehammer tentera d’obtenir des couloirs humanitaires, mais n’attend “pas de miracles”, a déclaré son ministre des Affaires étrangères Alexander Schallenberg. La chancelière a également l’intention d’élever le Kremlin avec des “crimes de guerre” en Bouchaoù il s’est rendu samedi.

Société Générale va se retirer de Russie

Sous pression depuis des semaines, la Société Générale, qui poursuivait ses activités en Russie, a annoncé lundi qu’elle y mettrait fin via la cession envisagée de l’intégralité de sa participation dans Rosbank. Très impliquée dans le pays, Société Générale y était exposée à hauteur de 18,6 milliards d’euros, dont 15,4 milliards pour Rosbank.

Dans un communiqué, le groupe indique avoir signé “un accord pour céder l’intégralité de sa participation” dans Rosbank, poids lourd du secteur bancaire russe dont il était actionnaire majoritaire, ainsi que ses filiales d’assurance en Russie au fonds . investissement Interros Capital.

Des gendarmes français en Ukraine pour enquêter

Des gendarmes français sont arrivés à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, pour assister leurs homologues ukrainiens “dans l’enquête sur les crimes de guerre commis autour de Kiev”, a annoncé Ambassadeur de France en Ukraine. C’est la “première” unité étrangère “à fournir une telle assistance”, a-t-il déclaré sur Twitter.

“Fier d’accueillir à Lviv le détachement de gendarmes techniques et scientifiques venus assister leurs camarades dans les enquêtes sur les crimes de guerre commis autour de Kiev”, a-t-il écrit. « Ils seront au travail demain. Ces gendarmes sont “des experts en scène de crime et en identification de victimes”, précise le Quai d’Orsay. Deux médecins légistes accompagnent également cette équipe qui « pourra mettre en place une chaîne d’examen et d’identification des corps ».

De nouvelles sanctions en discussion

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE discuteront d’un 6e à Luxembourg paquet de sanctions contre Moscoumais l’arrêt des achats de pétrole et de gaz pour ne plus financer l’effort de guerre russe divise les 27. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a annoncé son intention de lancer la discussion sur un embargo pétrolier, “mais aucune proposition formelle n’est sur la table”. a admis vendredi un haut responsable européen.

Pour sa part, le président ukrainien Volodymyr Zelenski continue de demander à ses interlocuteurs européens “l’adoption de sanctions puissantes”. Il appelle à l’arrêt des achats de pétrole et de gaz et de la fourniture d’armes lourdes pour résister à l’offensive annoncée dans la région du Donbass.

VIDÉO. Zelensky appelle à arrêter “toute activité commerciale avec la Russie”

Ces nouvelles sanctions possibles interviennent alors que l’économie de l’Ukraine et de la Russie continue de s’affaiblir. Toute la région subit les conséquences économiques de ce conflit : la Banque mondiale table ainsi sur une contraction de 4,1 % du PIB des pays émergents et en développement d’Europe et d’Asie centrale. Seule l’Europe de l’Est devrait subir une récession de 30,7 %.

L’Allemagne, les Pays-Bas et la Suède promettent un total de près de 2,5 millions d’euros pour aider la Cour pénale internationale (CPI) à enquêter sur les crimes de guerre présumés en Ukraine.

Leave a Reply

Your email address will not be published.