iPad Air vs iPad Pro : et si la tablette avec le meilleur rapport qualité/prix n’était pas celle que l’on pense ?

Le 8 mars, Apple a présenté une nouvelle génération, la cinquième, de sa ipad air. Une mise à jour discrète, mais qui s’est concentrée sur deux points essentiels.

La tablette grand public, mais haut de gamme, conserve ainsi son design très proche de celui de l’iPad Pro. Le boîtier en aluminium offre des bords marqués et agréables, qui facilitent la prise en main, et lui donnent un look plus moderne. Son écran de 10,9 pouces aux bords fins est toujours là, avec un bouton Touch ID déplacé vers le bouton Marche/Arrêt — là où le modèle Pro utilise Face ID.

Dans ce cas, le changement vient de l’intérieur. Le géant de Cupertino fait évoluer sa tablette vers la 5G, toujours en option, ce qui lui permettra d’être plus au goût du jour et sur le long terme. Enfin, Apple a créé une petite surprise en équipant sa tablette non pas du A15 Bionic, mais du M1, la même puce que dans le Macbook Air et Pro 13 pouces, mac mini, iMac 24 pouceset évidemment iPadPro, 1112,9 pouces.

Dès lors, il semble évident que l’iPad Air, qui se rapproche de plus en plus de l’iPad Pro 11 pouces, et grignote de plus en plus de ses prérogatives, tout d’un champion qui vient contester la suprématie de la petite tablette pro. Est-ce l’iPad à choisir ? Que reste-t-il pour l’iPad Pro 11 pouces ? Notre avis, point par point.

Taille et poids : petites différences

Commençons par l’extérieur : l’iPad Pro et l’iPad Air sont presque jumeaux. Ils partagent la même hauteur et la même largeur. La tablette Pro se permet même d’être plus fine de quelques millimètres, mais elle est plus lourde de quelques grammes. L’iPad Air justifie donc son nom.

Si l’infographie ci-dessus n’apparaît pas, cliquez ici.

Quand on se tourne vers l’écran, on voit bien évidemment que la différence de taille est minime : 0,25 cm apporte un très léger gain de confort au quotidien, et à l’œil. La différence est principalement due au fait que l’écran couvre une plus grande partie de l’avant de la tablette, comme l’indique le rapport d’écran. Quelques pourcents qui signifient que le modèle Pro pourrait gagner notre préférence sur ce point.

On note également que, même sans avoir droit au rétroéclairage mini-LED de la dalle Retina Display XDR, l’écran de l’iPad Pro 11 pouces offre une meilleure luminosité (618 cd/m2 contre 511) et un bien meilleur contraste (1873:1 contre 1343:1). La logique de la gamme est respectée, jusque dans la fidélité colorimétrique, qui voit l’iPad Pro afficher un delta E2000 quasi parfait.

Voir aussi la vidéo :

Ergonomie quasi égale

Comme nous l’avons dit, les subtiles différences d’écran rendent le travail avec l’iPad Pro légèrement plus agréable. Cependant, cette différence ne justifie pas à elle seule l’achat du modèle Pro. Le travail en écran partagé est également confortable sur les deux tablettes, bien que l’impression visuelle soit légèrement favorable au Pro.

Côté accessoires, Apple a eu la bonne idée de mettre les deux tablettes sur un pied d’égalité. L’iPad Air comme l’iPad Pro sont tous deux compatibles avec l’Apple Pencil de deuxième génération, très agréable à utiliser pour dessiner ou prendre des notes, même s’il peut lui être reproché de ne pas encore restituer la sensation d’un vrai stylo sur papier.

Quant à transformer ces iPads en petits PC ultraportables, tous deux ont droit aux deux mêmes types de clavier chez Apple (et chez Logitech, d’ailleurs). Le clavier Smart Folio, pour ceux qui veulent une coque de clavier qui colle à une plus grande variété d’utilisations. Il est plus léger, et souple, ce qui permet de le replier au dos de l’iPad Air ou Pro, pour lire une BD par exemple.

Le Magic Keyboard est le choix si vous voulez vraiment utiliser votre iPad comme un PC la plupart du temps. Avec son pied plus réglable qui intègre une prise USB-C, il est parfait pour travailler longtemps avec l’iPad, taper beaucoup de texte, même dans l’inconfort d’un siège exigu ou sur vos genoux.

Côté ergonomie, c’est presque nul, avec peut-être un léger avantage sur l’iPad Pro.

Des performances presque jumelles

Comme nous l’avons dit, la grande surprise cette année est l’arrivée de la même puce qui équipe les modèles Pro. Le M1 se glisse dans l’iPad Air, et y est parfaitement à l’aise.

Au point que nos tests de stabilité des performances avec 3Dmark Wild Life lui donnent un bien meilleur score que l’iPad Pro (96,7 contre 62%). Il faut dire qu’il semblerait qu’Apple ait légèrement réduit les performances pour les efforts longs, afin d’éviter l’échauffement de la puce, l’écart de score de puissance étant assez conséquent (17 141 contre 10 021 pour le meilleur Cours).

Si le tableau ci-dessous n’apparaît pas, cliquez ici.

Cependant, ce réglage de puissance n’a aucun effet négatif lors de l’utilisation de l’iPad Air. La fluidité de l’interface n’est jamais remise en cause, pas plus que les besoins lors de la lecture ou de l’exécution d’applications de créations graphiques, vidéo ou musicales un peu gourmandes. Pour être honnête, il sera probablement difficile de trouver un programme qui nuira au M1 sur l’App Store.

Les résultats obtenus avec Geekbench 5 montrent que le M1 se comporte très bien dans l’iPad Air, et que la puissance n’est pas un problème. Sur ce point, notamment en capacité de stockage inférieure à 1 To, qui voit l’iPad Pro disposer également de 8 Go de Ram, l’iPad le moins cher est un bon choix.

Autonomie : le Pro, une valeur sûre

Vient enfin un point essentiel, celui de l’autonomie. Depuis le premier modèle lancé en 2010, Apple promet que son iPad pourra tenir dix heures avant d’être rechargé.

Avec cette cinquième génération d’iPad Air, Apple est légèrement en retrait par rapport au modèle précédent. L’autonomie reste bonne, mais un peu moins. C’est sans doute le prix à payer pour la puissance du M1.

Si le tableau ci-dessus n’apparaît pas, cliquez ici.

En tout cas, pour un facteur de forme similaire, l’iPad Pro fait sans doute mieux que l’iPad Air. Dans ce cas, si c’est l’endurance qui compte le plus, notamment parce que vous prévoyez de beaucoup vous déplacer avec votre tablette, l’iPad Pro 11 pouces possède le plus d’atouts pour vous séduire.

Le prix : l’avantage à Air… quoique

Vous l’aurez compris, l’iPad Pro est logiquement supérieur à son petit frère l’iPad Air sur de nombreux points – logique. La présence du M1 dans les deux tablettes établit néanmoins un socle commun qui aplanit les différences.

Au point que, si l’on considère le prix, l’iPad Air est évidemment la tablette qui offre le meilleur rapport qualité-prix par défaut. Cependant, il y a un mais important. Ceux qui voudraient acheter l’iPad Air avec plus de 64 Go de stockage, car c’est un peu trop peu et à la longue ils ont raison, se rendront compte que l’augmentation à 256 Go (il n’y a pas d’option 128 Go) est très cher.

Surtout, il rapproche l’iPad Air du prix d’entrée de gamme de l’iPad Pro 11 pouces, pour le modèle Wi-Fi uniquement et avec 128 Go – ce qui à l’usage est souvent suffisant si l’on ne sombre pas dans le noir. installation complète d’applications.

A 869 euros (en Wi-Fi uniquement) pour l’iPad Air, contre 899 euros pour l’iPad Pro, le prix est alors suffisamment proche pour que la différence de trente euros nous incite à vous conseiller de choisir le modèle Pro.

Vous gagnerez un peu en confort d’utilisation, grâce aux petites différences de la dalle, et au son délivré par les quatre haut-parleurs. Vous bénéficierez aussi et surtout d’une bien meilleure autonomie, selon nos deux mesures. Vous bénéficierez également d’une meilleure expérience photo/vidéo, et même en réalité augmentée, grâce au lidar.

Bref, si 128 Go ne vous semblent pas rédhibitoires – ce n’est pas notre cas pour un usage non professionnel, l’iPad Pro est, dans ce cas, votre meilleur choix. Pour une fois que le haut de gamme est à un prix plus intéressant, on ne va pas bouder son plaisir.

Leave a Reply

Your email address will not be published.