La baisse des rendements permet aux actions de rebondir – 04/07/2022 at 13:11

LA BAISSE DES RENDEMENTS PERMET AUX ACTIONS DE REBONDIR

LA BAISSE DES RENDEMENTS PERMET AUX ACTIONS DE REBONDIR

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) – Wall Street devrait grimper et les actions européennes, à l’exception de Londres, ont augmenté en milieu de séance jeudi, la baisse des rendements obligataires ayant permis aux actions de se redresser même si le durcissement des politiques monétaires et la guerre en Ukraine limitent le potentiel de un rebond boursier.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais prévoient un gain de 0,09% pour le Dow Jones, 0,26% pour le Standard & Poor’s 500 et 0,48% pour le Nasdaq.

A Paris, le CAC 40 gagnait 0,79% à 6.550,48 points à 10h50 GMT et à Francfort, le Dax progressait de 0,62% tandis qu’à Londres, le FTSE 100 reculait de 0,03%, pénalisé par la baisse de l’énergie et des matières premières.

L’indice EuroStoxx 50 progresse de 0,79%, le FTSEurofirst 300 de 0,71% et le Stoxx 600 de 0,73%.

Cette dernière a perdu 1,53% mercredi, sa plus forte baisse en une séance depuis le 10 mars, et Wall Street a ensuite terminé dans le rouge après la publication du procès-verbal de la dernière réunion de la Réserve fédérale, qui confirme l’intention de cette dernière de remonter les taux. et réduire son bilan à un rythme soutenu dans les mois à venir.

Les investisseurs attendent maintenant (à 11h30 GMT) le procès-verbal de la réunion de mars de la Banque centrale européenne (BCE), espérant de nouvelles indications sur sa hausse des taux et ses plans d’arrêt. achats d’actifs.

TAUX

Les rendements des obligations d’État ont néanmoins recommencé à baisser après les plus hauts enregistrés ces derniers jours, certains analystes jugeant que le contenu des “minutes” de la Fed était déjà intégré.

Celui des bons du Trésor américain à dix ans a chuté de plus de deux points de base à 2,5939% et celui à deux ans de plus de six points à 2,4432%.

En Europe, le dix ans allemand revient à 0,645%. Son équivalent français a chuté plus fortement, à 1,17%, après une adjudication sans incident de 11,5 milliards d’euros d’OAT, montant maximum prévu par l’Agence France Trésor (AFT).

A 52,3 points, l’écart de taux à dix ans (“spread”) entre titres français et allemands continue de se détendre après sa nette remontée en début de semaine, liée à l’approche de l’élection présidentielle.

CHANGEMENTS

Sur le marché des changes, le dollar est resté pratiquement inchangé face aux autres grandes devises (+0,06%), très proche du plus haut de près de deux ans atteint un peu plus tôt dans la journée.

Le procès-verbal de la réunion de la Réserve fédérale “suggère que la Fed appuie fortement sur les freins, ce qui devrait être positif pour le dollar”, résument les analystes d’ING dans une note.

L’euro oscille autour de 1,09 $ dans l’attente des minutes de la BCE, après être tombé à 1,0866, son plus bas niveau depuis le 8 mars.

LES VALEURS DE WALL STREET À SUIVRE

LES VALEURS EN EUROPE

L’amorce d’un rebond boursier en Europe profite entre autres aux valeurs défensives : l’indice santé Stoxx gagne 1,6% et établit un record, celui des télécommunications prend 0,95%, celui des services aux collectivités (“utilities”) 0,68%.

Les matières premières (-0,25%) et l’énergie (-0,34%) ont en revanche souffert de la force du dollar.

Shell (-1,17%) est également sanctionné après avoir annoncé que sa sortie de Russie entraînerait des charges exceptionnelles susceptibles d’atteindre cinq milliards de dollars, donc bien plus qu’initialement estimé.

Dans l’actualité des fusions et acquisitions, l’opérateur italien d’autoroutes et d’aéroports Atlantia a bondi de 7,98%. Global Infrastructure Partners (GIP) et Brookfield Infrastructure ont annoncé l’avoir approché et il pourrait attirer une autre offre selon plusieurs sources proches du dossier.

HUILE

Les prix du pétrole confirment leur rebond après la chute de mercredi, qui les a portés à leur plus bas niveau en trois semaines en réponse à l’annonce par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) d’une utilisation massive de ses réserves stratégiques.

Le Brent gagne 1,76% à 102,85 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,7% à 97,87 dollars.

(Version française Marc Angrand)

Leave a Reply

Your email address will not be published.