La course au MVP | Les résultats des trois principaux candidats

Depuis dix ans maintenant, Basket USA vous propose ses Top 5 candidats au trophée du “Most Valuable Player” (MVP) ». Aujourd’hui, nous clôturons notre course au MVP 2022 en faisant le point, avec un gros plan sur nos trois favoris, par ordre alphabétique : Giannis Antetokounmpo, Joël Embid et Nikola Jokic.

Qui de l’intérieur des Bucks (vainqueur en 2019 et 2020), du pivot des Sixers (jamais vainqueur) ou du pivot des Nuggets (vainqueur en 2021) doit gagner ? Réponse ci-dessous, avec une liste d’arguments en faveur de chacun des prétendants à la statuette de Maurice Podoloff…

Joel Embiid (Sixers)

Avec: 51 victoires, 31 défaites – 4e à l’Est.
Allumettes: 68 sur 82.
Statistiques : 30.6 pts, 11.7 reb, 4.2 pds, 1.1 int, 1.5 ctr et 3.1 pdb en 34 min.
Pourcentages : 50% sur les tirs, 37% sur les 3 points et 81% sur les lancers.

Pourquoi lui ?

Parce qu’il est le meilleur buteur de la ligue. En se hissant au sommet du classement des meilleurs buteurs du pays, Joel Embiid n’a pas seulement ajouté une ligne à son palmarès individuel : il a écrit l’histoire. Devenu le seul non-Américain et le 10e pivot à accomplir cet exploit, le Camerounais rejoint certains de ses illustres aînés justement élus MVP, comme Kareem Abdul-Jabbar, Wilt Chamberlain, Shaquille O’Neal ou encore David Robinson. Symbole de sa domination sans partage (ou presque) : il a terminé avec une moyenne de 30,6 points tout en jouant “seulement” 33,8 minutes par match. Du jamais vu avant lui !

Parce qu’il a bouché les trous à Philadelphie. Malgré le feuilleton Ben Simmons, qui a pollué la saison des Sixers pendant des semaines, Joel Embiid s’est efforcé de maintenir les Sixers parmi les meilleures équipes du pays. Son début de saison n’a certes pas été formidable, mais il a su se relancer encore plus, dès son retour de l’isolement. Toujours présents à la 11ème place à l’Est fin novembre, les hommes de Doc Rivers ont alors entamé leur ascension au classement, pour retrouver très rapidement le Top 6 de leur conférence et ne plus le quitter. Grâce aux performances XXL du Camerounais, qui a enchaîné les mois à + de 30 points de moyenne.

Parce qu’il a déjà terminé 2ème en 2021. Talent générationnel, considéré par certains comme le pivot avec la gamme la plus complète de l’histoire de l’attaque, Joel Embiid joue le meilleur basket de sa vie. A 28 ans, il faut donc le récompenser de ses énormes performances ces deux dernières saisons, qui peuvent parfois rappeler celles de Wilt Chamberlain, Kareem Abdul-Jabbar, Hakeem Olajuwon ou David Robinson, tant il domine son sujet. Dauphin de Nikola Jokic en 2021, le meneur de Philadelphie ne doit pas rester comme un éternel second et un de ces joueurs qui n’ont jamais été sacrés.

Nikola Jokic (Pépites)

Avec: 48 victoires, 34 défaites – 6e à l’Ouest.
Allumettes: 74 sur 82.
Statistiques : 27,1 pts, 13,8 reb, 7,9 pds, 1,5 int, 0,9 ctr et 3,8 bp en 34 min.
Pourcentages : 58% aux tirs, 34% à 3 points et 81% aux lancers.

Pourquoi lui ?

Parce que c’est encore mieux qu’en 2021. Désormais détenteur du meilleur PER de l’histoire sur un an (32,85, devant le 32,08 de Wilt Chamberlain en 1961/62), Nikola Jokic sort tout simplement de la meilleure saison de sa carrière. En 2021/22, il a établi ses meilleures moyennes en points, rebonds, interceptions et contres, sans oublier son meilleur pourcentage de réussite au tir. Juste cela, malgré la sortie d’une campagne 2020/21 déjà incroyable. Au sommet de son art, le “Joker” démontre donc qu’il est là pour durer et dominer longtemps.

Parce qu’il a joué sans ses deux principaux lieutenants. Qui aurait pu imaginer à l’automne dernier que Nikola Jokic réussirait à qualifier directement les Nuggets pour les playoffs, sans Jamal Murray et avec un Michael Porter Jr. rapidement sur la touche ? Très peu de monde, sans doute. Pourtant, avec les valeureux – mais limités – Aaron Gordon, Will Barton, Monte Morris, Jeff Green ou encore Bones Hyland, le Serbe a bel et bien réussi à maintenir Denver dans le Top 6 de l’Ouest, envers et contre tout. “LeBron-esque”. Ou maintenant “Jokic-esque”.

Parce que toutes les statistiques avancées parlent pour lui. “Classement d’efficacité du joueur (PER)”, “% de tir réel (TS%)”, “Classement offensif (ORTG)”, “Classement défensif (DRTG)”, “Partages gagnants (WS)”, “Plus-Moins ( +/-) », « Value Over Replacement Player (VORP) », « RAPTOR »… Toutes, absolument toutes les statistiques avancées jouent en faveur de Nikola Jokic, auteur d’une saison historique. Si l’on peut débattre de la pertinence de certains, la majorité d’entre eux permettent néanmoins d’affirmer que le MVP 2021 est le joueur le plus « précieux » de la ligue. Rendez-vous pour le doublé ?

Giannis Antetokounmpo (Bucks)

Avec: 51 victoires, 31 défaites – 3e à l’Est.
Allumettes: 67 sur 82.
Statistiques : 29.9 pts, 11.6 reb, 5.8 pds, 1.1 int, 1.4 ctr et 3.3 bp en 33 min.
Pourcentages : 55 % au tir, 29 % à 3 points et 72 % au lancer.

Pourquoi lui ?

Parce qu’il ne faut pas banaliser ses performances. Le syndrome de LeBron James semble toucher Giannis Antetokounmpo. Celui-ci a beau multiplier les matchs à 30+ points, 10+ rebonds et 5+ passes, plus rien n’étonne les observateurs et ils en viennent à se lasser des services du “Greek Freak”, tant qu’il ne dépasse pas les 40 points ou n’approchant pas les 50, comme lors des dernières séries éliminatoires. Forcément, ce sentiment de lassitude handicape quelque peu l’intérieur des Bucks, mais il ne faut pas oublier de rappeler que, lorsqu’un joueur se démarque, il doit être récompensé par un titre de MVP. Période.

Parce qu’il est le joueur le plus dominant depuis quatre saisons. Champion NBA, MVP des Finals, double MVP, DPOY… Giannis Antetokounmpo a tout gagné depuis 2018, et l’arrivée de Mike Budenholzer sur le banc des Bucks. A tel point qu’il s’est imposé comme le meilleur joueur de la ligue depuis l’exercice 2018/19 ou, en tout cas, comme celui qui domine le plus. Entre les résultats contrastés de LeBron James, Joel Embiid et James Harden, les blessures de Stephen Curry, Kawhi Leonard, Anthony Davis et Kevin Durant ou encore l’avènement récent de Nikola Jokic et Luka Doncic, personne ne regarde le Grec dans les yeux.

Parce qu’il est le meilleur défenseur de la liste. Que ce soit en aide ou sur l’homme, Giannis Antetokounmpo est un véritable monstre défensif, d’ailleurs récompensé par le titre de Défenseur de l’année en 2020. Si Nikola Jokic a progressé sur le terrain et si Joel Embiid est la clé de voûte des Sixers en défense, ils ne peuvent pas se comparer au “Greek Freak”, terriblement précieux pour son équipe de ce côté-ci du parquet. Et, ce, alors qu’il ne ménage pas non plus ses efforts en attaque, où il a échoué à 0,1 unité de la barre des 30 points de moyenne. Malgré un tournage encore en rodage, il reste sacrément efficace.

Qui pour compléter le Top 10 derrière ?

Devin Booker (Soleils)
Avec: 64 victoires, 18 défaites – 1er à l’Ouest.
Allumettes: 68 sur 82.
Statistiques : 26,8 pts, 5,0 reb, 4,8 pds, 1,1 int, 0,4 ctr et 2,4 bp en 35 min.
Pourcentages : 47% aux tirs, 38% à 3 points et 87% aux lancers.

Luka Doncic (Mavericks)
Avec: 52 victoires, 30 défaites – 4e à l’Ouest.
Allumettes: 65 sur 82.
Statistiques : 28,4 pts, 9,1 reb, 8,7 pds, 1,2 int, 0,6 ctr et 4,5 bp en 35 min.
Pourcentages : 46% aux tirs, 35% à 3 points et 74% aux lancers.

Jayson Tatum (Celtiques)
Avec: 51 victoires, 31 défaites – 2e à l’Est.
Allumettes: 76 sur 82.
Statistiques : 26,9 pts, 8,0 reb, 4,4 pds, 1,0 int, 0,6 ctr et 2,9 bp en 36 min.
Pourcentages : 45% tir, 35% 3 points et 85% lancer.

DeMar DeRozan (Taureaux)
Avec: 46 victoires, 36 défaites – 6e à l’Est.
Allumettes: 76 sur 82.
Statistiques : 27,9 pts, 5,2 reb, 4,9 pds, 0,9 int, 0,3 ctr et 2,4 bp en 36 min.
Pourcentages : 50% tir, 35% 3 points et 88% lancer.

Oui Morant (Grizzlis)
Avec: 56 victoires, 26 défaites – 2e à l’Ouest.
Allumettes: 57 sur 82.
Statistiques : 27,4 pts, 5,7 reb, 6,7 pds, 1,2 int, 0,4 ctr et 3,4 bp en 33 min.
Pourcentages : 49% aux tirs, 34% à 3 points et 76% aux lancers.

Kevin Durant (Nets)
Avec: 44 victoires, 38 défaites – 7e à l’Est.
Allumettes: 55 sur 82.
Statistiques : 29,9 pts, 7,4 reb, 6,4 pds, 0,9 int, 0,9 ctr et 3,5 pb en 37 min.
Pourcentages : 52% aux tirs, 38% à 3 points et 91% aux lancers.

Karl-Anthony Towns (Loups)
Avec: 46 victoires, 36 défaites – 7e à l’Ouest.
Allumettes: 74 sur 82.
Statistiques : 24.6 pts, 9.8 reb, 3.6 pds, 1.0 int, 1.1 ctr et 3.1 pdb en 34 min.
Pourcentages : 53% aux tirs, 41% à 3 points et 82% aux lancers.

Mais aussi… Chris Paul (Suns), Stephen Curry (Warriors), Jimmy Butler (Heat), Pascal Siakam (Raptors), Trae Young (Hawks), Rudy Gobert (Jazz), Darius Garland (Cavaliers), Dejounte Murray (Spurs).

Toutes nos courses au MVP de la saison

#1 : Les progrès implacables de Jimmy ButlerN°2 : DeMar DeRozan et Zach LaVine, un duo fougueuxN°3 : Les mains en or de l’inoxydable Chris PaulN°4 : Kevin Durant et Stephen Curry : disons 33 !N°5 : Qui est « in » et qui est « out » ?N°6 : DeMar DeRozan, le spécialiste du late gameN°7 : Nikola Jokic enfile son costume de PER Noël# 8: Kevin Durant remonte le tempsN°9 : Stephen Curry, tireur à partN°10 : LeBron James, le 37e rugissantN°11 : Un vote très indécis à la mi-saisonN°12 : Kevin Durant déjà hors-jeu ?N°13 : « Hyper précieux » Nikola JokicN°14 : Chris Paul, entre “Captain Clutch” et “Monsieur Propre”N°15 : Ja Morant, le Derrick Rose de sa générationN°16 : Enfin l’année de Joel Embiid ?N°17 : L’impérialisme américain en dangerN°18 : James Harden et Joel Embiid, un nouveau duo dominant ?N°19 : Un marathon aux allures de sprintN°20 : Jamais deux sans trois pour Giannis Antetokounmpo ?N°21 : La relève enfin prête à décoller ?N°22 : Et Devin Booker ?N°23 : Quel prétendant brille le plus face aux autres ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.