le désarroi du premier agent de Ben Arfa après son nouveau dérapage !

Zapping Notre Mondial TOP 10 : Les plus beaux maillots Ligue 1 2021/2022

Dimanche, nous avons appris queHatem Ben Arfa a eu une altercation avec son entraîneurJocelyn Gourvennec mais aussi son coéquipier, Tiago Djalo. Toujours à l’écart du groupe, l’international français semble parti pour voir son expérience dans le Nord se terminer prématurément. De quoi donner des regrets à son premier agent, Frédéric Guerre, qui parlait pour CMR Sport.

Sur les raisons de l’échec de Ben Arfa

“Ça a buggé psychologiquement il y a longtemps, dans son enfance. C’était le roi, le roi, le roi. On lui disait toujours ses droits mais jamais ses devoirs. Quand je l’ai repéré et que ses parents m’ont dit confiance, j’étais convaincu que J’avais un joueur en ma possession, si on travaillait sur son esprit, qui serait un futur Ballon d’Or, il avait tellement de talent. Ça va rester un énorme gâchis, c’est peut-être LE gâchis du football du XXIe siècle”.

Sur une pression potentielle trop jeune

“Non, il y a plein de joueurs à qui on a dit très tôt qu’ils seraient des perles. Et qui l’ont été. Cristiano Ronaldo est devenu très tôt un énorme travailleur, quelqu’un qui s’est toujours remis de la cause. sont des gens qui se disaient que pour arriver au sommet, il fallait du travail, du travail, du travail. Et que le talent ne suffisait pas. Mais son mentor, Michel Ouazine (son conseiller et représentant, ndlr), lui a seulement dit que le talent suffisait “.

Sur son état d’esprit

“Je me souviens qu’une fois à Marseille, Didier Deschamps l’avait mis sur le banc. Michel m’a dit : “Il le met sur le banc parce qu’il lui demande de défendre. Mais on ne demande pas à un futur Ballon d’Or de défendre !” Et il dit que devant Ben Arfa… Ça ne peut pas aider le garçon à grandir. Hatem a 35 ans aujourd’hui, mais il en aura 17 toute sa vie. C’est un enfant.

Sur la différence avec Benzema

“Quand je m’occupais des deux, en U17, je suis allé les voir à l’entraînement. J’ai vu Karim en train de regarder Hatem en s’amusant, pour voir ce qu’il faisait. Karim essayait alors de le refaire, et de le refaire… Grace en Hatem , Karim, qui avait compris qu’il était deuxième derrière lui, s’est rendu compte que le talent n’allait pas suffire. Ça lui a donné cette envie d’être le premier, et il a très bien réussi. Hatem ne s’en rendait pas compte, il pensait que le talent Et quand on le regarde aujourd’hui, il en est encore convaincu. Je suis sûr que certains psychiatres se creuseraient la cervelle sur un personnage aussi difficile que celui d’Hatem”.

Sur le récent dérapage à Lille

« Hatem est un garçon qui n’a pas de filtre entre son cerveau et sa bouche. Il y a des gens qui pensent tout ce qu’ils disent, mais qui ne disent pas tout ce qu’ils pensent. Hatem lui dira tout ce qu’il pense, et avec force. nous par la presse, lorsqu’il dit que son équipe joue trop bas : c’est une analyse de footballeur qui ne se trompe peut-être pas à l’instant T. Par contre, en ajoutant : “On n’est pas à Guingamp ici”, c’est forcément vouloir blesser son entraîneur qui est passé par Guingamp. Et c’est insupportable pour un vestiaire, un président, une institution. Encore une fois, s’il a fait des différences comme Mbappé au Paris Saint-Germain… mais on n’est pas là à Lille, et on ne sera pas là avec le prochain. Parce qu’il y aura un prochain. Il y aura toujours quelqu’un pour croire que Hatem est quelqu’un de gérable et pour relever le défi”.

résumer

Frédéric Guerra, le premier agent d’Hatem Ben Arfa, n’a pas caché son désarroi après la nouvelle polémique impliquant le joueur. Pire, il estime que “HBA” est resté un enfant et pourrait bien être le grand gâchis footballistique du 21e siècle.

Nathan Bricout

Leave a Reply

Your email address will not be published.