le long calvaire du gros bide Anthony Limbombe

C’est probablement le plus gros flop de l’histoire du FC Nantes. Après plus de trois ans et demi d’échecs conclus par un renvoi de six mois du groupe professionnel, Anthony Limbombe a quitté le FC Nantes. Son contrat a été officiellement résilié en début de semaine.quelques jours après sa réintégration forcée en équipe première, grâce à la pression exercée par la commission juridique de la LFP. Entre août 2018 et avril 2022, le Belge n’aura porté le maillot jaune et vert que 38 fois pour 4 buts et 3 passes décisives. C’est pourtant le transfert le plus cher du club, 8,5 M€.

Quelle est la prochaine après cette annonce

Pourtant, à son arrivée du Club de Bruges, l’ailier avait une étiquette de grand espoir collée au front. Il sort une belle saison avec les Blauw en Zwart (6 buts et 6 passes décisives en 27 matches de Jupiler Pro League), avec qui il a remporté le championnat. Fort de ce statut, il perçoit entre 80 000 et 100 000 euros bruts (selon les sources) par mois, un des salaires les plus élevés de Nantes, mais sur le terrain, ça ne va pas bien. Pas aidée non plus par le contexte, elle peine à faire ses preuves et doit même attendre avril 2019 pour enfin débloquer son compteur.

D’un transfert record de 8,5 millions d’euros…

La suite sera une longue série d’échecs. Prêté l’année suivante au Standard, il ne reste que six mois à Liège en raison d’une blessure au genou, l’immobilisant tout l’automne. Lorsqu’il retrouve les terrains à Nantes à la fin de l’hiver 2020, voici venu le confinement. Il ne le savait pas encore, mais c’est le 7 mars de cette année-là qu’il dispute son dernier match avec les Canaris. Lors de la préparation estivale de la nouvelle saison, c’est cette fois une déchirure aux adducteurs qui l’arrête net. A son retour, il sera laissé sur le banc (13 fois sans entrer en jeu), avant d’être mis au placard.

« Je me sens libéré, je reprends ma carrière en main.confie Limbombe à Ouest de la France ce jeudi. Je peux enfin faire les choses à ma façon. Je pense aussi que mon départ soulage le club. Nous étions arrivés à une impasse et ce n’était plus vivable pour les deux parties. Je suis content du résultat, même si j’ai eu des mois très difficiles. Même si la commission juridique était d’accord avec moi, je sais aussi que cela n’a pas résolu le problème, que je n’étais pas le bienvenu parmi les pros. Ce n’est jamais bon de revenir grâce à une décision de justice, ça laisse des traces. Et j’avais un contrat jusqu’en 2024. Il fallait trouver une solution.

…à la résiliation du contrat en catimini

Avec plus de deux ans de contrat, le Belge devait encore toucher environ 2,5 M€. Si aucun chiffre n’a filtré, Nantes a dû mettre la main aux portefeuilles pour résilier le contrat du joueur. Et dire qu’à la base, il devait rejoindre Huddersfield et non le FCN, mais pour une histoire de commission d’agent, le transfert n’a pas abouti. Limbombe a alors changé de représentant pour travailler avec Mogi Bayat. Très influent en Belgique, ce dernier est aussi devenu au fil du temps le directeur sportif officieux du FC Nantes. C’est lui qui obtient un contrat très juteux pour son client.

Le point de départ de ce fiasco sportif et économique. Avant de trouver une solution radicale, les Canaris ont tenté de le prêter ailleurs mais les négociations ont échoué pour un prêt à Boavista l’été dernier puis à Zulte Waregem en janvier. « Je me suis endurci mentalement, j’ai beaucoup appris (de ces 4 années à Nantes). Il y a eu des hauts, mais surtout beaucoup de bas, et ça fait grandir. Ça m’a ouvert l’esprit à tant de choses.”, retient encore l’homme aujourd’hui âgé de 27 ans. Selon CMRcette affaire aura coûté au moins 15 M€ au FC Nantes entre le transfert, les salaires, les primes et la rupture de contrat…

Leave a Reply

Your email address will not be published.