Le ‘mewing’, cette technique qui transforme le visage sans chirurgie, cartonne sur les réseaux sociaux

Mewing revient sur les réseaux sociaux. Cette ancienne technique pour remodeler son visage sans passer par la case bistouri fait un carton sur les réseaux sociaux.

Pourquoi recourir au bistouri quand de simples exercices de rééducation peuvent renforcer votre mâchoire et faire disparaître votre double menton ?

C’est le principe du ‘mewing’, une technique qui n’est pas nouvelle mais que les réseaux sociaux remettent au goût du jour aujourd’hui pour profiter d’un visage harmonieux et parfaitement structuré. Faire du neuf avec du vieux, la spécialité des nouveaux réseaux sociaux !

Méthode orthodontique

En plein essor, la chirurgie esthétique et la médecine semblent avoir une foule d’adeptes sur les réseaux sociaux, avec tous les périls que cela peut causer. Mais les utilisateurs sont aussi friands de techniques plus naturelles destinées à transformer leur visage et leur corps sans devoir passer par la case bistouri. Et si les recettes de grand-mère ont le plus souvent la cote, c’est aujourd’hui une méthode orthodontique qui revient sur le devant de la scène.

Le terme « miauler » se traduit par « miauler », mais il n’a en fait absolument aucun rapport avec le cri de nos félins préférés. Le nom de cette technique fait référence à l’orthodontiste britannique John Mew, qui en serait à l’origine, avant que son fils Mike Mew ne la popularise sur sa chaîne YouTube. Orthotropes. Les vidéos se multiplient alors à une vitesse vertigineuse sur la plateforme d’hébergement vidéo, suscitant un véritable engouement pour cette méthode qui n’était pas, au départ, destinée à s’offrir un véritable relooking.

De la malocclusion au remodelage facial

Né en 1928, John Mew s’intéresse depuis des années aux causes des malocclusions qui, selon ses conclusions, seraient le résultat de l’évolution de nos modes de vie, et non de la génétique.

C’est plus particulièrement notre goût pour les aliments mous et cuits qui serait finalement responsable d’une mâchoire moins sculptée et moins tonique, transformant peu à peu la forme du visage et donnant lieu à de nombreux désagréments. Le tout lié – dans un premier temps – à un mauvais positionnement de la langue. La technique mise au point par l’orthodontiste en réponse à ce phénomène visait à renforcer les fonctions de mastication et de déglutition pour renforcer la mâchoire, et réaligner les principales zones du visage.

Mais sur TikTok, c’est dans un but esthétique que les utilisateurs ont remis au goût du jour cette méthode. Il s’agit désormais d’obtenir une mâchoire carrée, de se débarrasser de son double menton, ou d’harmoniser son visage. Et c’est sans compter sur ceux qui voient dans le ‘miaulement’ un remède – miracle – anti-âge. Sur ce point, on cherche encore pourquoi… Mais il faut dire que les publications ‘avant/après’ postées par les TikTokeurs sont assez spectaculaires, montrant de vrais résultats en quelques mois seulement.

Plusieurs mois avant de voir les effets ?

Pas besoin de chirurgie esthétique pour cela. Le ‘mewing’ consiste à pratiquer des exercices de rééducation du placement de la langue. Il s’agit plus exactement de positionner la langue contre le palais, sans toucher les dents de devant, et de garder – si possible – la bouche fermée. Le but est de forcer la respiration par le nez. L’idéal est d’effectuer cet exercice pendant les repas ou en buvant de l’eau, dans un premier temps, pour que cette position devienne automatique. Il suffit de tester pour se rendre compte que la mâchoire est bel et bien sollicitée, mais plusieurs mois semblent nécessaires pour voir les premiers résultats.

La technique est (re)devenue virale sur les réseaux sociaux ces derniers mois, cumulant à ce jour plus de 300 millions de vues sur le réseau social chinois TikTok. Sa variante #mewingtutorial en compte déjà plus de 16 millions, témoignant d’un certain engouement pour la méthode, partout dans le monde. Reste à savoir s’il est (vraiment) efficace.

Leave a Reply

Your email address will not be published.