L’électrostimulation pour réactiver la tension artérielle

Plus de 56’000 dossiers ont été introduits en 2021 devant les tribunaux et justices de paix vaudois, soit une augmentation de 4% par rapport à 2020. Dans son rapport annuel, l’Ordre judiciaire vaudois (OJV) observe notamment une augmentation des cas graves de maltraitance d’enfants .

L’activité de l’OJV a été moins affectée par la pandémie l’an dernier qu’en 2020. Les autorités et offices judiciaires ont assuré leur mission sans interruption et ont rendu l’ensemble de leurs prestations aux justiciables, résumé mercredi devant les instances du président du Tribunal cantonal Eric Kaltenrieder .

« L’activité a été intense et la saisine d’audiences faible en 2021, a-t-il souligné. En 2020, les restrictions liées au Covid-19 avaient provoqué l’annulation de 3’500 audiences devant les tribunaux et justices de paix du canton, dont environ 90% avaient été réinitialisées la même année et le reste, environ 200, en 2021 Tous les retards de 2020 ont donc été rattrapés.

Délais effectifs

Au niveau juridictionnel, l’activité repart à la hausse, avec 56.011 nouvelles affaires enregistrées par les tribunaux et justices de paix, soit une hausse de 4% par rapport à 2021 (53.934), mais toujours moins qu’en 2019 (58.096) avant le coronavirus .

Un nombre quasi équivalent d’affaires a été traité au cours de la même période (55 819), permettant de maintenir une stabilité du nombre global d’affaires pendantes à la fin de l’année. Les délais de traitement sont également constants par rapport à 2020 : 79% des dossiers sont traités en moins de six mois et 93% en moins d’un an.

“Il s’agit d’un bilan positif de l’activité judiciaire pendant la pandémie, dont je suis très satisfait. L’impact de la crise a été maîtrisé. Je suis également très fier du travail acharné accompli par les quelque 1 600 employés de l’OJV” , a déclaré M. Kaltenrieder.

Mineurs : des explications multifactorielles

Sur le plan pénal, le nombre de nouvelles affaires a augmenté, parfois sensiblement, devant les chambres criminelles des tribunaux de grande instance (+5%), le Tribunal des mesures de contrainte (+1%) et le juge de l’exécution des peines (+7%), ainsi que devant la Cour d’appel criminelle (+10%) et la Chambre d’appel criminelle (+9%) du Tribunal cantonal. Seul le Tribunal de la jeunesse fait exception, avec une baisse de 10% des affaires reçues.

Une statistique à prendre avec des pincettes, selon Marie-Pierre Bernel, juge cantonale. “S’il y a effectivement une baisse des affaires avec le Tribunal de la jeunesse, il y a en revanche une augmentation des infractions graves liées aux violences chez les jeunes”, explique-t-elle. Les infractions contre la vie et l’intégrité corporelle ont augmenté de 33 %, celles contre l’intégrité sexuelle de 24 % et les crimes ou délits contre la liberté de 21 %, cite-t-elle.

Mme Bernel avance des hypothèses multifactorielles pour expliquer cette recrudescence des cas graves : la souffrance des jeunes et la précarité amplifiées pour certains pendant la pandémie, les activités sportives pour se dépenser voire se défouler ralenties voire arrêtées, le manque de cadre familial, la reprise brutale de la vie sociale et nocturne ou encore le manque de structures pour les jeunes délinquants, ce qui augmente le risque de récidive.

Craintes de faillite

Au civil, les juges de paix dans les domaines du contentieux (+ 10 %) et de la protection de l’adulte et de l’enfant (+ 7 %) ont également connu une augmentation significative des nouvelles affaires. Une augmentation, plus importante que les années précédentes, qui s’explique probablement par la pandémie. La crise sanitaire a sans doute impacté et aggravé encore plus fortement les situations personnelles, financières et familiales qui étaient déjà précaires auparavant.

En ce qui concerne les offices des poursuites et des faillites, on note une augmentation des nouvelles réquisitions (+4%) et des ordonnances de faillite (+12%) soit près de 413.164 procédures engagées et 2.085 faillites prononcées. Dans ce domaine, la situation pourrait encore “significativement” s’aggraver à l’avenir, avec la fin des différentes mesures d’aide au Covid-19, craint l’OJV.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ATS

Leave a Reply

Your email address will not be published.