Maladie de Lyme : attention aux tiques

Vecteur de la maladie de Lyme, la tique revient avec les beaux jours. Voici ce qu’il faut retenir de cette infection et comment se protéger des piqûres de cette vilaine créature.

Qu’est-ce que la maladie de Lyme ?

La borréliose de Lyme ou maladie de Lyme est une maladie infectieuse causée par des bactéries du complexe Borrelia burgdorferi sensu lato transmise à l’homme par les piqûres de tiques infectées.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

Les symptômes de la borréliose de Lyme dépendent du stade de la maladie. Il y a trois étapes différentes :

– La borréliose de Lyme précoce localisée survient 3 à 30 jours après la piqûre de tique. Elle se caractérise par une manifestation cutanée typique, l’érythème migrant. C’est une tache érythémateuse, à l’endroit de la piqûre de tique, indolore et de croissance annulaire et centrifuge.

– La borréliose de Lyme précoce disséminée survient plusieurs jours à plusieurs semaines après la piqûre de tique et peut se présenter sous la forme d’un érythème migrant multiple ; manifestations neurologiques ; Plus rarement des manifestations articulaires, cutanées, cardiaques ou ophtalmologiques.

– La borréliose tardive de Lyme survient plusieurs mois voire plusieurs années après la piqûre de tique et se caractérise par des manifestations articulaires, cutanées et/ou neurologiques.

Quelle est l’incidence de la maladie de Lyme en France ?

Environ 50 000 cas sont diagnostiqués chaque année en médecine générale. A noter que dans 95% des cas, la maladie se manifeste par un érythème migrant. Environ 800 personnes sont hospitalisées chaque année pour cette raison.

maladie de Lyme

Comment se produit l’infection ?

Borrelia burgdorferi est transmise à l’homme par la piqûre d’une tique infectée. Lors du repas de sang qui suit la morsure, les bactéries de l’intestin de la tique passent dans ses glandes salivaires. La transmission par la salive dépend du temps de contact et du taux d’infestation de la tique. En Europe, des données expérimentales montrent qu’un risque d’être infecté survient après 24 heures d’attachement.

L’homme peut être piqué par une tique à n’importe quel stade de son développement (larve, nymphe, adulte). Les nymphes semblent être responsables de la plupart des transmissions. Ils sont en effet plus nombreux que les adultes, plus susceptibles de piquer l’homme (plus de 80% des piqûres dans certaines régions) et également moins susceptibles d’être détectés lorsqu’ils sont attachés du fait de leur plus petite taille. .

Quel est le risque d’être infecté en cas de piqûre par une tique ?

En France, la prévalence de l’infection à Borrelia burgdorferi chez les tiques varie selon les saisons et les localités de 2 à 20 %. Ces taux d’infestation peuvent aller jusqu’à 30% en Europe centrale.

Une réaction cutanée facilement reconnaissable.

Comment diagnostiquer cette maladie ?

Le diagnostic repose sur l’observation de signes cliniques objectifs évocateurs associés à des éléments tels que, par exemple, des antécédents de morsure de tique ou une exposition à un risque de morsure.

Lors de manifestations disséminées précoces ou tardives, un test sérologique (qui recherche des anticorps spécifiques contre Borrelia burgdorferi sensu lato). La sérologie est déconseillée au stade de l’érythème migrant (la forme la plus fréquente) en raison des nombreux faux négatifs à ce stade. Le diagnostic est alors strictement clinique.

Le test sérologique repose sur une approche en deux étapes, un test de dépistage (ELISA, IFI) suivi systématiquement d’un test de confirmation par immunoblot (Western-Blot ou immuno-blot) lorsque le résultat du test de dépistage est positif ou douteux.

Comment cela est-il traité ?

Le traitement de la borréliose de Lyme repose sur la prise d’antibiotiques, quel que soit le stade de la maladie. Au stade précoce localisé, l’antibiothérapie permet la guérison de l’érythème migrant mais aussi de prévenir l’évolution vers des formes disséminées.

Dossier Sylvie C. Staniszewski

[email protected]

SSource : Santé publique France

Lire aussi : Cochez l’alerte.

Leave a Reply

Your email address will not be published.