Taxe foncière 2022 : une hausse record attendue

Entre 2010 et 2020, la taxe foncière a augmenté de 27,9 % en moyenne, sur l’ensemble du territoire. Mais cette hausse devrait se poursuivre en 2022. En cause, la revalorisation de 3,4% des bases locatives cadastrales, provoquée par l’inflation. Et pour certaines communes, la hausse pourrait encore être beaucoup plus élevée.

C’est une opération comptable complexe qui nuira aux propriétaires en 2022. En cause : l’inflation. En effet, depuis 2018 et la suppression de la taxe d’habitationles valeurs locatives cadastrales (comprenez le montant du loyer théorique) des logements, servant de base au calcul de la taxe foncière, sont réinitialisées chaque année, selon l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH).

Pour être plus clair, si l’inflation augmente trop fortement, ce n’est pas une bonne nouvelle pour les propriétaires qui verront leur taxe foncière augmenter plus vite que l’indice d’augmentation des loyers.

Et le contexte ne leur est pas favorable, du fait de la guerre en Ukraine et de la reprise économique post-Covid-19, l’Insee comptant sur inflation à 4,5% en mars 2022. Résultat : Le taxe de propriété devrait fortement augmenter cette année, à l’échelle du pays, à hauteur de 3,4 %, du jamais vu depuis trente-trois ans.

Qui paie la taxe foncière ? Qui est exempté ?

Pour rappel, toute personne, qu’elle soit physique (particulier) ou morale (société) est assujettie au paiement de la taxe foncière dès qu’elle est propriétaire d’un bien bâti (habitation, usine), ou non bâti (terrain agricole, étang ). Même dans le cas d’une location, l’avis est toujours délivré au propriétaire. De même, ce dernier ne peut demander de remboursement au locataire, à l’exception de la part affectée à la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM).

Seules quelques exceptions existent pour l’exonération de la taxe foncière. Si vous êtes bénéficiaire deallocation adulte handicapé (AAH), si vous avez plus de 75 ans et que vous êtes titulaire d’Aspa ou d’Asi (allocation complémentaire d’invalidité), vous pouvez demander l’exonération totale, à condition de ne pas dépasser le revenu fiscal de référence. Cependant, ce gain ne concerne pas la TEOM, dont vous serez redevable. A noter également que les bâtiments ruraux à usage agricole ne sont pas concernés par la taxe foncière, de même que les constructions neuves ou neuves, permettant une exonération de taxe foncière pendant deux ans.

+5% à Dijon, +15% à Tours

Selon une étude de l’Observatoire National des Taxes Foncières, les hausses de taxes foncières ont été très disparates sur le territoire ces dernières années. Nantes (Loire-Atlantique) affiche la plus forte progression, avec 38 % entre 2010 et 2020, soit près de 10 points au-dessus de la moyenne nationale (+ 27 %). A l’inverse, il n’a augmenté que de 14,9 % à Montpellier (Hérault) ou de 11,1 % à Caen (Calvados).

Cette tendance très hétérogène devrait se poursuivre pour l’année 2022. Par exemple, la hausse de la taxe foncière s’élèvera à 5% à Dijon (Côte-d’Or), 6% dans la communauté d’agglomération Grand Paris Seine & Oise (Yvelines) ou voire 15 % à Tours (Indre-et-Loire), ou encore Montreuil (Seine-Saint-Denis) ou Amiens (Somme).

Les municipalités se frottent les mains

La taxe foncière étant un impôt local, les communes pourront voir leur dotation augmente. Ainsi, certains justifient l’augmentation dans une logique de développement des services publics.

C’est le cas de Strasbourg (Bas-Rhin), ce qui explique une hausse de 12,6 % grâce aux nouveaux investissements dans la transition énergétique. Dans ce cas, trois lignes de tramway et un réseau de pistes cyclables intercommunales seront développés. Dans Le ParisienPia Imbs, présidente de l’Eurométropole de Strasbourg, indique “cela représente 65 euros supplémentaires par an pour les particuliers”, mais c’est “une contribution marginale, puisque nous estimions que les contribuables allaient bénéficier de 600 euros de services publics équivalents en plus”. à l’année ».

La taxe foncière demeure une bonne source de liquidités pour les municipalités. Toujours selon l’Observatoire national des impôts fonciers, son montant total a atteint 35,3 milliards d’euros en 2020, contre 23,5 milliards en 2010, soit une augmentation de 50 % en dix ans.

Leave a Reply

Your email address will not be published.