une grande famille italienne rachète la branche logistique africaine de Bolloré

5,7 milliards d’euros. La somme a été offerte en fin d’année dernière par MSC pour racheter la filiale qui a fait la renommée de Bolloré en Afrique. Et c’est cette même somme qui figurera au bas du gros chèque que l’entreprise française empochera. Les deux sociétés étaient en négociations exclusives jusqu’au jeudi 31 mars à minuit. Les autres acteurs du secteur n’auront pas eu l’occasion de présenter leur offre.

L’activité, vieille de 35 ans, concerne une quarantaine de pays africains ! Elle dispose notamment d’un réseau de seize concessions portuaires, d’entrepôts et de nœuds routiers et ferroviaires. En 2021, la branche très rentable de la logistique africaine, qui emploie plus de 20 000 personnes, a vu son chiffre d’affaires bondir de 8 % à 2,2 milliards d’euros. Mais face à des investissements de plus en plus onéreux et à une concurrence grandissante des opérateurs chinois, le groupe de Vincent Bolloré a voulu le vendre.

Il a également été au cœur de scandales de corruption au Togo et en Guinée pour lesquels le groupe avait accepté en 2021 de payer une amende de 12 millions d’euros à la justice française et d’être suivi par l’Agence française de lutte contre la corruption.

Entreprise familiale, de Bolloré à Aponte

Au plus tard dans un an, et si les dernières réserves sont levées (feu vert des autorités de la concurrence et des pays concernés par ce changement d’opérateur), la famille Aponte succèdera donc au clan Bolloré sur de nombreux ports, routes et voies ferrées de le continent africain.
Une famille de marins italiens au lieu d’une famille de papetiers bretons.

Basé à Genève, le groupe MSC revendique une flotte de 560 porte-conteneurs, 23 navires de croisière, et plus de 100 000 employés dans 156 pays, avec la gestion de terminaux à Singapour, Long Beach (Californie) ou Rotterdam aux Pays-Bas.
Comme Bolloré, MSC est une entreprise dont le noyau reste très familial. Elle a été fondée par Gianluigi Aponte, aujourd’hui âgé de 81 ans. L’homme est né en 1940 à Sorrente, dans le sud-ouest de l’Italie. Fils de marin, il épouse Rafaela, fille d’un riche banquier suisse, dont la fortune sera à la base de l’empire MSC au début des années 1970. Gianluigi Aponte doit en effet son premier coup de pouce financier à sa belle-mère.

Un demi-siècle après sa création, MSC est toujours dirigée par le couple Aponte, rejoint dans l’aventure par… leurs deux enfants, Diego et Alexia.
En 2014, Gianluigi Aponte a confié la direction du groupe à son fils, qui en préside le conseil d’administration depuis fin 2020.
Dans un portrait qu’il consacre à la famille Aponte, le site La Tribune de l’Afrique précise : “La famille reste au cœur du système managérial. Rafaela s’occupe de la décoration des paquebots, tandis qu’Alexia gère les finances du groupe. Le gendre du couple, Pierfrancesco Vago, est à la tête de l’activité croisière, qui ne l’est pas moins, puisque MSC occupe la quatrième place mondiale sur ce marché. Leur belle-fille, Ela, s’occupe de l’acquisition et de la vente des cargos“.

Alors que certains pays africains s’inquiétaient de la perspective de la cession de Bolloré Africa Logistics à MSC, Cyrille Bolloré, fils de Vincent et héritier de l’empire, soulignait ce point commun entre les deux entreprises, à savoir un sens aigu de la famille.

Gianluigi Aponte avec le président et le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron et Bruno Le Maire, en 2017 à Saint-Nazaire (France)

MSC et l’Afrique

MSC n’hésite pas non plus à mettre en avant ses liens historiques avec le continent africain. Gianluigi Aponte n’a-t-il pas passé les premières années de sa vie à Mogadiscio ? La famille a en effet débarqué dans une Somalie encore italienne en pleine Seconde Guerre mondiale, avant de retourner en Italie à la mort du père alors que Gianluigi était encore enfant. Historiquement, c’est en Somalie que MSC a fait ses premiers pas en Afrique au début des années 1980 avant de s’étendre à une quarantaine de pays du continent. Du port de Lomé (Togo) à celui de San Pedro (Côte d’Ivoire), MSC est une marque déjà bien connue en Afrique, où elle était jusqu’à présent concurrente de Bolloré.

Cette vente signifie-t-elle que le nom de la riche famille bretonne va disparaître d’Afrique ?
Dans un communiqué publié jeudi 31 mars, le groupe a tenu à rappeler qu’il retiendrait un «présence importante en Afrique“, notamment via Canal+ et des investissements dans la communication (Havas), le divertissement ou l’édition, activités dans lesquelles il assure avoir “continuera à se développer“.

Leave a Reply

Your email address will not be published.