VIDÉO. Région Fès-Meknès : quel bénéfice tirer du NMD ?

Une table ronde sous le thème “les enjeux de Fès-Meknès : régionalisation avancée et Nouveau modèle de développement (NMD)” a été organisée mardi à Fès, à l’initiative du groupe de presse Horizon.

Au cours de cette rencontre, à laquelle ont pris part une foule d’universitaires, d’économistes, d’élus et de membres de la Commission spéciale pour le modèle de développement (CSMD), les participants ont mis l’accent sur le contenu du nouveau modèle de développement, en mettant l’accent sur le processus de mise en œuvre de la régionalisation avancée et sur la dynamique économique que connaît la région Fès-Meknès.

Intervenant à cette occasion, le Président du Conseil de la région Fès-Meknès, Abdelouahed El Ansari a souligné que la régionalisation avancée est désormais devenue une réalité inscrite dans la nouvelle constitution de 2011, soulignant l’importance du Nouveau Modèle de Développement qui constitue une véritable feuille de route au service des institutions pour renforcer le développement global du Maroc.

Le président de la région Fès-Meknès a tenu à souligner la grande envergure du programme de développement régional (PDR) qui, rappelle-t-il, a permis d’identifier 97 projets pour un investissement total dépassant les 11 milliards de DH.

Pour sa part, le directeur général du Centre régional d’investissement (CRI) de Fès-Meknès, Yassine Tazi a relevé que la crise du Covid-19 a eu le mérite de mettre en lumière deux caractéristiques importantes de l’économie marocaine, à savoir la résilience et l’adaptabilité.

Durant cette crise mondiale, a-t-il expliqué, la région Fès-Meknès, du fait de la structure équilibrée de son PIB régional, de ses nombreux atouts, (1er pôle universitaire du Royaume, 2ème pôle agricole, tissu industriel en forte redynamisation dans le cadre du Plan d’Accélération Industrielle.), a transformé la crise en opportunité et a lancé de nombreux projets structurants inscrits notamment dans le cadre du Programme de Développement Régional.

M. Tazi a également souligné que, dans le cadre de l’accompagnement des entreprises de la Région, le CRI et ses partenaires ont établi des partenariats visant à favoriser le développement de nouvelles niches à forte valeur ajoutée, à renforcer le tissu entrepreneurial, à soutenir l’innovation et les nouvelles technologies et améliorer la compétitivité des entreprises.

Le président de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah (USMBA) de Fès, Redouane Mrabet, a, quant à lui, souligné le rôle de l’université dans la formation et la qualification des étudiants et sa précieuse contribution au développement régional et national du pays, ajoutant que l’USMBA est devenu un pôle d’attraction pour les étudiants étrangers, notamment africains.

Dans une déclaration à la MAP, Mohamed Benmoussa, membre du CSMD a souligné que cette rencontre vise à faire le point sur l’état d’avancement du plan d’aménagement régional de Fès-Meknès, notant que « le nouveau modèle de développement considère que le développement doit émaner des territoires, de la réalité des régions, des villes, des villes et des zones rurales et urbaines du pays ».

« La démocratie participative doit être un acteur fédérateur et mobilisateur dans la mise en œuvre de la stratégie de la région », a-t-il observé.

Cette rencontre a porté sur deux grands axes, à savoir « Fès-Meknès : un modèle de gouvernance et de gestion des grands projets de développement » et « comment ériger la région en un nouveau hub au service de la croissance régionale ? “.


Abonnez-vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Leave a Reply

Your email address will not be published.